mardi 10 février 2009

LE JEÛNE ainsi qu'une PRIERE DE SUPPLICATION



(Extrait du trésor spirituel de saint Tikhon de Zadonsk)

Il y a un jeûne corporel, il y a aussi un jeûne de l’âme. Le jeûne corporel, c’est lorsque le ventre s’abstient de nourriture et de boisson, le jeûne de l’âme, c’est lorsque l’âme s’abstient des mauvaises pensées, des actes et des paroles. Un jeûneur parfait est celui qui s’abstient de la débauche, de l’adultère et de toute impureté. Un jeûneur parfait est celui qui se retient de la colère, de la fureur, de la méchanceté et de la vengeance. Un jeûneur parfait est celui qui a imposé l’abstience à sa langue et qui la retient des paroles vaines, des niaiseries, des obscénités, du mensonge et de toute médisance. Un jeûneur parfait est celui qui retient ses mains du vol, du rapt, du pillage et son cœur du désir d’autrui. En un mot : Le bon jeûneur est celui qui s’éloigne de tout mal.
Tu vois , ô chrétien, quel est le jeûne de l’âme ! Le jeûne corporel est utile, il sert à mettre à mort les passions, mais le jeûne de l’âme est absolument nécessaire, que sans lui, le jeûne corporel n’est plus rien. Nombreux jeûnent corporellement, mais non dans l’âme. Nombreux jeûnent s’abstenant de nourriture et de boisson, mais ne s’abstiennent pas des mauvaises pensées et paroles, et quel bien en tirent-ils ? Nombreux jeûnent deux ou trois jours et même davantage, mais ne veulent pas s’abstenir de la colère, des mauvaises pensées et de la vengeance. Nombreux s’abstiennent du vin, de la viande et du poisson, mais avec la langue mordent les hommes qui leur sont semblables et quel bien en tirent-ils ? Il existe certains qui, souvent, ne touchent pas à la nourriture avec les mains, mais les étendent sur la corruption, le rapt et le pillage des biens d’autrui, et quel bien en tirent-ils ?.
Le véritable et vrai jeûne est l’abstention de tout mal. Donc, ô chrétien, si tu veux que le jeûne te soit profitable, alors, en jeûnant corporellement, jeûne dans l’âme et jeûne toujours. Comme tu imposes un jeûne à ton ventre, imposes-le à tes mauvaises pensées et tes fantaisies. Que ton intellect jeûne de vaines pensées, que ta mémoire jeûne de rancune, que ta volonté jeûne de mauvais vouloir ; que tes yeux jeûnent de mauvaises visions : « Détourne tes yeux pour qu’ils ne voient pas la vanité » (Ps.118/37) ; Que tes oreilles jeûnent des mauvaises chansons et des chuchotements, de calomnies, que ta langue jeûne de la calomnie, du jugement, des blasphèmes, du mensonge, des flatteries, des obscénités et de diverses paroles vaines et corrompues ; que tes mains jeûnent du rapt de biens d’autrui ; que tes pieds jeûnent d’aller accomplir de mauvaises actions : « Détourne-toi du mal et fais le bien » (Ps.33/15).
C’est cela le jeûne, ô chrétien, que Dieu exige de nous. Repents-toi donc et abstiens-toi de toute parole, d’acte ou de pensées méchantes, apprends toutes les vertus et ainsi, devant Dieu, tu jeûneras toujours.
« C’est que vous jeûnez pour vous livrez aux querelles et aux disputes, pour frapper du poing méchamment. Vous ne jeûnerez pas comme aujourd’hui si vous voulez faire entendre votre voix là-haut ! Est-ce là le jeûne qui Me plaît, le » jour où l’homme humilie son âme ? Courber la tête comme un jonc et se coucher sur un sac et les cendres. Est-ce là ce que tu appelles un jeûne, un jour agréable au Seigneur ? Voici le jeûne auquel Je prends plaisir : Détache les chaînes de la méchanceté, dénoues les liens de la servitude, renvoies libres les opprimés et que l’on rompe toute espèce de joug ; partage ton pain avec celui qui a faim et fais entrer dans ta maison les pauvres sans abri. Si tu vois un homme nu, couvre-le et ne te détourne pas de ton semblable. Alors ta lumière éclatera comme l’aurore et ta guérison luira rapidement. Ta justice marchera devant toi et la gloire de Dieu t’envahira. Alors tu appelleras et Dieu t’entendra. Tu crieras et Il dira : Me voici ! Si tu éloignes de toi le joug, les gestes menaçants et les paroles méchantes, si tu te prives pour l’affamé et si tu rassasies l’opprimé, ta lumière se lèveras dans les ténèbres et l’obscurité sera pour toi comme le milieu du jour » (Isaïe. 58/4-10).
&~&~&~&
PRIERE DE SUPPLICATION
(Saint Ephrem le Syrien)

Seigneur, je me suis souvenu de cette heure et j’ai craint ! J’implore Tes largesses : ne me livre pas aux mains de mes adversaires ! Fais en sorte qu’ils ne grincent pas des dents contre moi et ne fassent pas les fiers en disant : « Tu es tombé entre nos mains, tu es notre proie ! » Seigneur, dans Ta miséricorde, ne m’oublie pas, ne me rétribue pas selon mes péchés, ne détourne pas de moi Ta face ! Seigneur, fais-moi grâce pour que je suive Ton chemin sans blâme ! Seigneur, agrée ma supplication, non pas pour ma justice, mais à cause de Ta miséricorde ! Sauve de la mort mon âme attristée ! Seigneur, souviens-Toi de moi, même si mes péchés sont innombrables ! Si la mort a transpercé mon âme, je n’ai pourtant désiré personne d’autre que Toi, je n’ai pas levé mes mains vers un Dieu étranger. Seigneur, c’est bien Toi qui as dit : « Demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et on vous ouvrira ! » Avant la mort, Seigneur, purifie-moi de tout péché ! Je ne suis pas digne de me tenir devant Toi ni de lever les mains vers Toi, car mon coeur est impur et mon âme souillée par le péché : ne méprise pas pour autant ma supplication ! Seigneur, que Tes commandements affermissent mon coeur ! Dirige mes pas vers le roc de la pénitence ! Ô, Saint ! Ton bien est plus fort que le mal qui est en moi, que la lumière de Ta grâce disperse mes ténèbres ! Tu as ouvert jadis les yeux de l’aveugle-né, ouvre et illumine les yeux de mon coeur ! Tu as purifié le lépreux par Ta parole, purifie mon âme de ses souillures ! Seigneur, que Ta grâce soit en moi un feu qui brûle toutes les pensées mauvaises qui me surprennent à l’improviste ! Tu es le seul miséricordieux, Tu es la seule joie véritable dont nulle tristesse ne daigne approcher, Tu es la vraie Vie impérissable ! Ô, Compatissant ! Je me prosterne devant Toi, moi qui suis digne de tous les châtiments et de toutes les souffrances ! Je T’implore, pardonne-moi ! Ne me livre pas à mes ennemis, qu’ils ne se rient pas de moi ! Ô, Père des miséricordes ! Toi qui ne tiens pas rigueur à celui qui faute contre Toi, fortifie mes membres affaiblis par le péché, vivifie mon âme mise à mort par la transgression, illumine mon intellect enténébré par le désir de ce monde et les passions impures, sauve-moi de toute oeuvre mauvaise ! Car c’est à Toi qu’appartient la puissance dans les siècles des siècles ! Amen.
*^*^*

2 commentaires:

Sandra Djomo a dit…

Merci beaucoup mon âme torturée trouve de l'apaisement dans cet article..
Vos prières..

MCG a dit…

Bonjour Père Nicodème,

Merci pour nous faire découvrir cette merveilleuse et puissante prière de supplication de Saint Ephrem le Syrien.

Merci de ce partage;

Que Dieu vous bénisse ! Amen

Mercedes